www.uchronie.org

point de divergence : la défaite de César à Alesia entraîne un fractionnement de la méditerranée antique en quatre puissances égales (2)

- suite du déroulement du processus d'unification politique autour d'un pôle d'origine celtique au cours du haut moyen-âge 500/1000 ap jc

- Vers l'an 400 ap jc, les "grandes invasions", ou plutôt les migrations « barbares », entraînent la rupture de l'équilibre de l'antiquité. Repoussés à l'ouest, par les armées constituées de « l'imperium » celtique aidé des « ibériques », les "envahisseurs" s'orientent vers le sud-est de l'europe.
- Ce qui aboutit à la déliquescence, puis la désintégration de « l'empire romain ». Après une période de confusion, dit « âge de ténèbres », émergent, en europe centrale, des ensembles politiques, constitués à peu près en états, représentatifs des grandes identités culturelles : «imperium» germanique, « royaumes » slaves, magyars, et des balkans.

- Se cristalise, à l'ouest, une rivalité entre « imperiums » celtique et germain. Accord minimal entre ces deux puissances, il y a dévolution de la botte italienne au souverain pontife.

- Attaqué à son tour au Vème siècle par les grandes invasions, l'Empire ptolémaïque s'effondre. Il se réduit bientôt à son ensemble africain; l'ancienne Egypte en quelque sorte. "Ptolemee Ultima", le dernier pharaon, est vaincu au cours du VIIème siècle par un conquérant venu de l'est : l'Islam.

- Heureusement, la traduction des hiéroglyphes de l'Egypte ancienne est conservée grâce aux travaux de quelques érudits du VIIème siècle. Fait déterminant, la bibliothèque d'Alexandrie, trésor de bibliographie, est sauvée. Elle permet de conserver les savoirs de l'antiquité.

- L'Islam poursuit sa progression vers l'ouest, en conquérant la partie africaine du déliquescent royaume ibero-numide. Les sarrasins s'engagent dans la péninsule ibérique. Appelé à l'aide par les ibero-numides, l'imperium celtique démolit les « sarrasins » à Roncevaux. Alors qu'ils s'apprêtent à franchir les Pyrénées.

- A l'intérieur de la péninsule ibérique, une sorte d'équilibre finit par s'établir entre un « imperium celtique » élargi et un ensemble musulman.

- Rapidement, l'exploitation des trésors de la bibliothèque d'Alexandrie par les savants arabes, et la traduction de nombreux ouvrages permettent un épanouissement de la science en de nombreux domaines : botanique, astronomie, hydrologie, etc...


- L'ampleur de la facade maritime de l'Imperium celtique l'amène à développer une force navale substantielle, aidée par le contact des connaissances scientifiques, en astronomie notamment, des voisins arabes.

- L'imperium celtique parvient à acquérir un minimum de stabilité institutionnelle, grâce à la mise en place de la règle de succession par ordre de primogéniture : l'enfant le plus âgé reçoit la couronne. Ce qui permet de maintenir au moins l'unicité de «l'imperium ».

- Dès lors, l'imperium celtique s'oriente plus vers le grand large que vers la méditerranée ou l'intérieur des terres. Grâce aux profits tirés de ses ressources outre-mer, il entretient les conflits entre les états d'Europe centrale, quasiment privés de facade maritime.

- Ainsi, il les affaiblit, en empêchant l'un de prendre le dessus sur les autres...