www.uchronie.org

- point de divergence : Napoléon fait la paix avec l'Europe en 1809
- intérêt : survie d'un empire français dans une europe d'équilibre des puissances

. Napoléon, en 1809 suit les conseils de Lannes à Wagram : cesser sa politique de conquête, et faire la paix avec l'Europe. Il convole néanmoins avec son archiduchesse autrichienne, Marie-Louise. De campagne de Russie, il n'y a donc point eu; ainsi :

. Le congrès de Bruxelles, en 1812, scelle le nouveau paysage de l'Europe. Napoléon abandonne toute vélléïté de domination sur l'Espagne. Il se retire d'Allemagne du Nord. Il permet même une certaine reconstitution de la Prusse. Un état allemand catholique, la "Lotharingie", est créé en Allemagne du Sud. L'Italie est édifiée en Royaume, confié à Eugène de Beauharnais, officiellement indépendant de la France. L'Autriche récupère la côte dalmate.

. L'Europe vit dès lors en paix, à l'exception de quelques troubles en Espagne. Napoléon a, en 1821, un deuxième enfant avec Marie-Louise, une fille. Napoléon meurt en 1823, après plusieurs années d'une pénible maladie stomacale.

. Son frère Joseph assume la Régence jusqu'en 1830, date de la majorité du "Roi de Rome". Mais de sourdes menaces pèsent sur l'Empire. Les puissances européennes se liguent à nouveau contre la France. Cependant, une tentative de coup d'Etat, fomentée par Marie-Louise, échoue lamentablement.

. Dans la confusion, les républicains parviennent à prendre le pouvoir à Paris. Des troubles agitent alors différentes capitales européennes. Ce qui éloigne les risques de guerre. D'autant qu'apparaît rapidement un "axe", composé de la France, de la Lotharingie, et de l'Italie, cette dernière passée à une monarchie constitutionnelle.

. L'empire d'Autriche-Hongrie ne survit qu'au prix d'une autonomie "élargie" des nationalités; notamment hongroises. En 1870, après un jeu complexe d'alliances, une guerre avec l'Italie et les deux Allemagnes aboutit à sa partition. On assiste ainsi au triomphe du principe des nationalités. La partie "germanophone", l'Autriche, rejoint la Lotharingie. Apparaît à l'Est un nouvel état : la Roumélie.

. Eclate au début des années 1870 un conflit entre puissances européennes et Empire ottoman : la guerre sera longue, et très pénible pour les puissances européennes. Le Congrès de Paris, en 1884, aboutit à la création de la Grèce, de la Balkanie, et l'extension au sud de la Roumélie. "Beaucoup de bruit pour un roumélien" raillent les chansonniers. L'Empire ottoman obtient cependant la confirmation de ses "droits" sur l'Egypte et la Lybie.

. La Russie connaît une révolution, avec mise en place d'une république bourgeoise, à la fin des années 1880. Elle se fédéralise, puis se confédéralise.

. Cet équilibre dure jusqu'à la fin du siècle. Si bien qu'au tout début du XXème siècle, après décomposition de l'Empire Ottoman, la carte de l'Europe est telle que ci-dessus. 

                                                            La guerre de 1905/1910

. En 1905, éclate un conflit "d'équilibre européen". De fait, le jeu des alliances est assez confus. Après plusieurs années de batailles plus ou moins décisives, la guerre se solde en 1910 par un espèce de "statu quo".

. Celui-ci sanctionne néanmoins un repli territorial de la France en Europe. Celle-ci doit en effet accorder l'indépendance au Piémont. Cependant, elle acquiert, en termes de colonies, d'avantageuses positions.


. L'histoire des conflits européens s'arrête là. S'engage ensuite un processus de construction de l'Europe.

Le reste est donc une autre histoire...