www.uchronie.org

- point de divergence : conquête durable de l'Europe par les armées de la Révolution
- intérêt : étude des causes d'une conquête durable de l'Europe par une France révolutionnaire

- L'embranchement conduisant à une conquête durable de l'Europe par les armées de la Révolution s'appuie sur un scenario républicain, excluant l'Empire.

- Point de divergence : le général français Lazare Hoche ne meurt pas en 1797. Ministre de la Défense puis Directeur, il s'oppose victorieusement à la tentative de coup d'état de Bonaparte le 18 brumaire. Ce dernier se réfugie aux Etats-Unis.

- Lazare Hoche reste fidèle aux idéaux de la Révolution. Il s'en tient à une forme républicaine de Gouvernement. Dont il est "Consul". Il crée un "parti politique", la "fédération républicaine". Laquelle, en véhiculant des idées libérales de liberté et d'égalite, essaime rapidement dans l'Europe entière.

- Face à la progression des idéaux républicains, les monarchies d'Europe s'alarment. Sous l'impulsion de la Reine Louise de Prusse, elles se liguent. Une offensive concertée, regroupant près de 500.000 hommes, - austro-hongrois, prussiens, russes, suédois -, est lancée à travers la Belgique en 1804.

- Lazare Hoche s'avance, avec à peine 150.000 hommes. La rencontre a lieu à Verdun. Après quelques heures d'observation, Lazare Hoche fait mine de retraiter sur Paris. La Jeune Garde de la noblesse russe, désireuse d'entrer la première dans Paris, et sûre de la victoire, se jette sur les chemins, suivie par le reste des coalisés. L'armée française attaque alors de flanc les troupes alliées, dangereusement étalées et exposées. C'est "la Bataille de l'Histoire". En quelques heures, l'armée alliée est éparpillée et détruite.

- Lazare Hoche, comprenant que monarchies de droit divin et républiques électives sont incompatibles, se lance à la conquête de l'Europe. En un an, il prent Berlin, Prague, Budapest, Vienne et Milan...

- Il se rue ensuite sur l'Angleterre. Laquelle avait profité de la situation pour établir une tête de pont au Havre. Protégé de ses arrières, il débarque dans le Kent, et prend rapidement Londres. Irlandais et écossais se soulèvent. Des troubles sociaux à caractère révolutionnaire éclatent un peu partout. Sentant la siuation perdue, le gouvernement anglais accepte l'indépendance de l'Ecosse et de l'Irlande, la fin de la monarchie, et la transformation de l'Angleterre en "république associée" à la France.

- Dans le reste de l'Europe, la défaite entraîne l'effondrement des monarchies. Craignant un seisme révolutionnaire et le retour à d'interminables guerres civiles, les "classes dirigeantes" acceptent le "pacte républicain" proposé par Hoche.

- Profitant de son avantage et de la neutralisation de ses adversaires, la Russie de Paul Ier ayant de son côté fait la paix, Lazare Hoche réunit des troupes "d'europe centrale"; allemands, autrichiens et hongrois, plus quelques français. Il se dirige vers le sud, franchit les "portes de fer", puis prend la direction de Constantinople. L'Empire ottoman, il est vrai, avait un moment fait mine de se ranger du côté des alliés. En dépit des offres de paix de la "Sublime Porte", Lazare Hoche poursuit, bat les janissaires près des Dardanelles. Puis prend Constantinople quelques jours plus tard.

- L'Europe croit, un instant, que Hoche s'en tiendra là. Stupeur, lorsqu'on apprend que d'abondantes troupes "européennes" ont pénétré en Anatolie. Trois mois plus tard, Hoche, après avoir conquis Damas, s'empare de Jérusalem... Et peu après fait entrer son cheval dans la Mer Rouge. De l'ancien Empire Ottoman, il ne reste à peu près, la paix enfin conclue, que le Tigre et l'Euphrate.

- L'intérêt de cette aventure apparaît alors : les armées allemandes et austro-hongroises, démoralisées par la défaite initiale devant les Français à Verdun, retrouvent une certaine fierté. De plus, les catholiques, et d'une manière générale les chrétiens, voient dans cette conquête des lieux saints une forme d'onction divine.
Notons que Hoche, prudent dans son triomphe, fait de Jerusalem et sa région une sorte de "région sanctuarisée", gérée par les religions du Livre.

- Il peut ensuite finaliser l'organisation de ses conquêtes européennes.

- La "République fédérale d'Europe" est fondée le 2 avril 1807. Basée sur les notions de "légalité, - constitutionnalisme et élections -, d'unité - laîcité, uniformité des instruments d'échanges -, et de fraternité - égalité et socialité - on dirait aujourd'hui solidarité. Le système est globalement perçu comme un moindre mal.
On y voit un facteur de paix intérieure et extérieure, de progrès social et économique.

carte de cette "république fédérale d'europe" reproduite ci-dessus.