www.uchronie.org

Louis XVI réussit sa fuite à Varennes en 1791
Intérêt : rétablissement d'un parcours historique, par basculement d'un "jombar point'

Louis XVI réussit sa fuite à Varennes

Trame : la fuite de Louis XVI, bien que réussie, le décrédibilise auprès de l'opinion publique.
Une autre branche de la maison de France, celle des Bourbon-Condé accède au pouvoir.

« La face du monde aurait été changée » (Napoleon à Jean-Baptiste Drouet)

1 – la fuite :

Jombar point : Marie-Antoinette ne confie pas sa mission d'éclaireur à son coiffeur Léonard, mais à un chevalier « Bertier ».
Curieusement, il s'agit là d'un pseudonyme, d'un individu jamais identifié par l'Histoire.

Le duc de Choiseul craint le stationnement prolongé de ses troupes à côté de Varennes. Quelques jours auparavant, il envoie des soldats sûrs dans les forêts avoisinantes jouer les voleurs de poules.
Il n'a, ensuite, aucun mal à convaincre les paysans du coin que ses troupes recherchent ces bandits de déserteurs.
Il évite ainsi la levée de fourches l'ayant obligé à lever le camp dans notre continuum.

Louis XVI atteint donc la place forte de Montmedy.

2 - l'échec de Louis XVI à rétablir son trône :

La Fayette est envoyé le déloger; puis Dumouriez. Ils n'y parviennent pas.

Louis XVI tente de relancer des négociations. Mais il apparaît comme un fuyard pour l'opinion publique en France.

Face aux menaces de l'armée française, Louis XVI se réfugie à Mayence; puis en Autriche-Hongrie.
Il parvient, cependant, à éviter la guerre entre la France et l'Europe, en se posant comme « médiateur ».

3 - Les Condé dynastie régnante :

Une certaine anarchie s'installe en France à partir de 1796.

Le prince de Condé « Louis-Henri de Bourbon-Condé » prend la tête d'une armée partie de Strasbourg. Il s'empare de Paris, devenant « Lieutenant-général du Royaume ».

Les républicains votent la chute des Bourbons. Ils portent au pouvoir le Prince de Condé « prince des sans-culottes ».
Il devient « Roi des Français » avec un étrange drapeau : noir et blanc frappé d'or au centre. Le blanc royal, le noir présumé symbole de l'opposé républicain, et l'union par l'or..

4 – La légitimation des Condé :

L'Autriche, présumant une faiblesse française et contestant la légitimité des Condé, « né du peuple et non de Dieu », entre en guerre contre la France.
La guerre tourne rapidement à l'avantage de la France. Laquelle conquiert les pays-bas autrichiens.
La Wallonie devient française. Un jeune conseiller militaire du « Roi des Français » , Napoléon Bonaparte, s'illustre dans cette campagne.
Les Flandres deviennent néerlandaises.

Curieux continuum, puisque dans notre continuum, Napoléon Bonaparte a fait fusiller le Prince de Condé.

5 – Le destin de Louis XVI, ex roi de France :

Marie-Antoinette donne naissance à un nouveau fils en 1794. Elle meurt d'un cancer en 1796.

Louis XVI renonce à son titre de roi de France, devenu très théorique. Il prend le titre de « Prince de Chambord ». Il cède le titre de « chef de la Maison de France », celle des légitimistes, à son frère, le comte de Provence.

Il se consacre aux sciences appliquées, développant notamment la machine à vapeur.
Il s'engage comme soldat de base dans les chevaliers de l'ordre de Malte. Il y sert très peu, symboliquement.

« Louis, Prince de Chambord » ne se remarie pas. Il meurt en exil en Autriche en 1821. Il est inhumé avec les anciens rois de France, à Saint-Denis.
Sa dépouille mortelle est ramenée d'Autriche par un convoi funèbre dirigé par un diplomate français, Louis de Talleyrand-Perigord; futur « président du Conseil du Roi, sorte de Premier Ministre ».

Le fils de « Louis, Prince de Chambord » , ex-dauphin, épouse une princesse allemande, dont postérité.

6 - Conclusion :

Bilan de cette fuite à Varenne réussie : l'établissement d'une monarchie constitutionnelle sur le Royaume de France, mais plus celle des Bourbons.

S'y substitue une branche cadette, n'ayant pas « trouvé son salut dans la fuite ».

L'épopée révolutionnaire française n'ayant pas été conquérante en Europe, le réveil des nationalismes est moins virulent et belliqueux. Ainsi, il y a réveil, mais pacifique, du nationalisme allemand.

. Les français partent dès 1810 à la reconquête d'un empire colonial.