www.uchronie.org

Point de divergence : application par l'armée française des thèses stratégiques de Charles De Gaulle en 1940.

Intérêt : uchronie portant sur un succès des armes françaises en juin 1940.

En 1934, un officier de blindés français, Charles de Gaulle, signe un ouvrage « vers l'armée de métier », combinaison d'utilisation de chars et d'aviation; succédant à « au fil de l'épée », publié en 1932. (pas de changement par rapport à notre continuum à ce stade).

En 1935, Paul Reynaud, Ministre de la Guerre, met en oeuvre ces changements stratégiques (point de divergence). Il affronte un vif septicisme de la part du Parlement. Mais il obtient finalement gain de cause.

Le Front populaire, arrivé au pouvoir en 1936, ne change pas ces orientations. Sans doute est-il trop occupé sur le front social pour passer à l'offensive sur le front militaire.

1939 : insuffisamment conscients des inflexions stratégiques intervenues au sein de l'armée française, les armées hitleriennes envahissent la Pologne. L'armée soviétique s'empare de la partie "est" de la Pologne.

1940 : l'armée franco-britannique prépare une offensive, début juin, dans le Bade-Wurtemberg. Mais, au 10 mai 1940, l'armée allemande déclenche son offensive à travers les Ardennes. La deuxième armée blindée française, commandée par le général, tout récemment promu, De Gaulle, lance sa contre-offensive.

Après de furieux combats, l'armée allemande se replit. Sarrebourg est pris par l'armée française.

Staline concentre des troupes dans la partie « soviétique » de la Pologne.

Mussolini dénonce « l'aventurisme outrancier » de l'Allemagne. Sans menacer d'intervenir, il proclame ad minima la neutralisme italien dans la guerre qui s'installe.

Le haut-état major militaire allemand renverse Hitler, et le nazisme, en juillet 1940. Le général Ludwig Beck est nommé Chancelier. Une guerre civile s'installe entre nazis, principalement ss, et armée régulière. L'ex chancelier Adolphe Hitler met fin à ses jours.

En octobre 1940, les soviétiques attaquent à l'est, Staline voulant profiter de la situation. Mais l'armée allemande se resaisit; notamment à l'occasion de la "bataille de Berlin". Les armées françaises et anglaises se ruent à la rescousse de la Wermacht. Staline finit par retirer ses troupes. L 'Armistice est signé à Berlin le 22 juin 1941. De plus, des troubles agitent la partie « soviétique » de la Pologne.

L'Urss, au traité dit « de Monte Cassino » du 7 décembre 1941, retire ses troupes de Pologne. Elle garde les états baltes. Mais restitue à la Finlande les territoires annexés suite à la guerre de 1939. "Monte Cassino", du nom du monastère italien où ont eu lieu les négociations.

L'Autriche retrouve sa souveraineté, et la Tchécoslovaquie, approximativement, son intégrité. L'indépendance est donnée à la partie orientale de l'Allemagne, sous le nom de « Baltikum ».

Un réferendum est organisé dans la partie allemande de la rive gauche du Rhin : annexion ou pas à la France. Le « non » l'emporte, avec une majorité relativement confortable. Elle reste donc allemande. Mais l'Allemagne revient à une constitution de Weimar « modernisée ». Les partis démocratiques traditionnels l'emportent très largement : dissolution de l'ancien parti national-socialiste et fin de l'épisode nazi.

En France, Paul Reynaud est désigné Président du Conseil. Le Général de Gaulle est nommé Maréchal, puis élu à la Présidence de la République.

Au Japon, devant la déconfiture des régimes militaires en europe, les civils reprennent le pouvoir. En raison de la menace d'une intervention commune franco/britannico/etats unienne, le Japon négocie une évacuation complète de la Chine; définitive au 1er janvier 1945.

En Italie, de grandes grèves éclatent en 1943, entraînant la chute de Mussolini. Il meurt dans un accident d'avion en 1944, en revenant d'un hotel de montagne du centre de l'Italie, le "gran sasso".

- Le reste est une autre histoire...