www.uchronie.org

- point de divergence : Prise de Vienne par les Turcs ottomans au XVI siècle

- intérêt : Uchronie classique inversant le résultat d'un évènement historique déterminant

 

 

PRISE DE VIENNE PAR SOLIMAN LE MAGNIFIQUE :

Le 1er septembre 1532, les armées de Soliman le Magnifique prennent Vienne. Ferdinand, Archiduc d'Autriche, trouve la mort dans la bataille. Charles Quint parvient à se réfugier en Espagne.
En 1533, des troupes "alliées" principalement franco-bavaroises, menant une contre-offensive sont battues au col du Brenner.

LA REACTION DES CHRETIENS D'EUROPE :

Dans l'Europe chrétienne, la crainte d'une domination musulmane mobilise les dirigeants. Les « masses paysannes », bien que sensibles au discours de leurs prêtres ou pasteurs, restent un peu plus sur la défensive.

1534 : « pacte de Strasbourg » : les princes catholiques – dont François 1er, Charles Quint en Espagne, le Pape Paul III, et les protestants, font alliance contre "la Sublime Porte".
Cette même année "raid des cavaliers d'Uras"; expédition de cavalerie turque ottomane qui atteint la Mer du Nord. Plus un raid militaire qu'une véritable conquête, mais elle est suffisante pour renforcer les craintes des dirigeants chrétiens d'Europe.

PAIX PRECAIRE EN EUROPE :

1540 : le Pape Paul III, habile diplomate, parvient à faire signer le "traité de Venise". LesTurcs ottomans conservent leurs conquêtes, approximativement l'Autriche et la Hongrie de notre "continuum".
Ils s'engagent à ne plus tenter de conquêtes en Europe, et à respecter les populations européennes non musulmanes.

NOUVELLES CONQUETES OTTOMANES :

En 1550, l'unité des chrétiens d'Europe se fissure. Les guerres reprennent entre catholiques et protestants, notamment dans la plaine du Pô.
Soliman le Magnifique intervient en Italie du Nord, profitant de l'exaction de "seigneurs de guerre". Les troupes ottomanes prennent Venise.
Les chrétiens se résolvent à contre-attaquer, mais en désordre, et sans vraie coordination : les allemands à l'Est, les français à l'Ouest.
Désastre du 15/05/1555 : le même jour, les troupes européennes sont battues, les français à Vintimille en Italie, les allemands à Prague.
Une paix est rapidement conclue. Mais l'Empire Ottoman conserve une partie de l'Italie du Nord et de la Slovaquie.

NOUVELLE UNITE CHRETIENNE ET PAIX D'UN SIECLE EN EUROPE :

Devant l'ampleur du péril, les chrétiens s'efforcent de refaire leur unité.
Au nord de l'Europe, sous l'impulsion du roi de Suède Gustav 1er Vasa, une « fédération protestante » se créée. Cette alliance militaire se transformera, progressivement, en union institutionnelle, puis politique.
Le Saint-Empire Romain Germanique, non formellement dissous, s'éteint de lui-même, par défaut d'élection d'empereur.
A l'est, l'unité polonaise, déjà effective, mais structurée par la chrétienté, se renforce autour de la dynastie des Jagellon.
Craignant une attaque par le Sud, les espagnols et les portugais perénisent leur union dans une « royaume ibérique ».
Les italiens eux-mêmes ne sont pas en reste. Sous l'impulsion de la famille Médicis, l'unité italienne se construit. La royauté, d'abord élective, y deviendra progressivement héréditaire.
Ce "statu quo" permet un équilibre précaire des puissances pendant près d'un siècle. Pendant ce temps, l'Empire Ottoman progresse au Moyen-Orient et en Afrique.
Au milieu du XVII siècle, les européens, suite à un accord secret, lancent une attaque coordonnée contre l'Empire Ottoman. Vienne est reprise par les chrétiens en 1650. Le nord de l'Italie, l'Autriche et le Tyrol redeviennent européens.

LA REFORME DE L'EMPIRE OTTOMAN ET LA VICE-ROYAUTE DE DANUBIA :

Mais l'Empire Ottoman se réforme. Décision lourde de conséquences : la partie européenne de son empire sera gouvernée depuis Belgrade par le successeur présumé de l'Empereur Turc.
Ce qui amène à fixer les règles de succession à l'Empire Ottoman. Les descendants ne se massacreront plus pour la succession.
Cette partie européenne devient "vice-royauté de Danubia".
Un statut particulier, et protecteur, est donné aux cultes non musulmans : catholiques, orthodoxes, juifs... et même protestants.
Cependant, cette relative stabilité institutionnelle entraîne un décalage de culture et d'évolution entre la partie « européenne » et « asiatique » de l'Empire Ottoman.

GUERRES DES REVOLUTIONS EN EUROPE :

Au milieu du XVII siècle, plusieurs pays européens se « liguent » contre l'Empire Ottoman et son « appendice « balkanique.

Mais le roi de France Louis XV, craignant l'émergence d'une trop grande puissance européenne à ses portes en cas de victoire chrétienne, choisit l'alliance franco/turque.
Pour consolider l'alliance avec l'Empire Ottoman, il marie un de ses petits-fils, le Duc de Berry, à une des filles du Grand Turc. Ce qui provoque un malaise dans les cours chrétiennes d'Europe.
Mais celle-ci avait été élevée dans la religion orthodoxe. Sans doute se préparait-on, depuis des années, à ce renversement d'alliance. De plus, elle se convertit rapidement au catholicisme.

Les troupes de la « fédération catholique » d'europe centrale sont battues par les Ottomans. Lesquels finissent par reprendre Vienne, et à envahir une partie de la Suisse.

Mais un stratège polonais parvient à en réunir les lambeaux, déclenchant une contre attaque. Il finit par les repousser.
Dans l'enthousiasme, une « assemblée nationale » lui confie le titre « d'Archiduc d'Autriche et de Bohème » et des pouvoirs souverains.
Se crée alors le « Royaume de Mitteleuropa ». La guerre s'ensuivant aboutit à la création, en Europe, d'ensembles nationaux à peu près équilibrés, et constitués sur une base religieuse. L'appartenance de la «vice-royauté de Danubia » à l'Empire Ottoman devient assez formelle.
On parvient à la paix en Europe.

TRAITE DE LA BASTILLE DU 14 JUILLET 1789 :

Ce traité aboutit au découpage suivant :
Ensemble protestant en Europe du nord : fédération protestante ;

Ensemble catholique au coeur de l'Europe ; royaume de Mitteleuropa ;
Ensemble catholique francophone/italophone ; royaume de France ;
Vice-royauté de Danubia en au sud-est de l'Europe, vassal de l'Empire Ottoman ;

EPISODE II A DEVELOPPER :

Au milieu du XIX ème siècle, l'industrialisation déclenche une guerre qui aboutira à la conquête de la moitié de l'Europe par l'Empire Ottoman et la "Vice-Royauté de Danubia".

... à suivre ....