www.uchronie.org

- point de divergence : la défaite de César à Alesia entraîne un fractionnement de la méditerranée antique en quatre puissances égales (3)

- intérêt : suite du déroulement du processus d'unification politique autour d'un pôle d'origine celtique, à partir de l'an 1000

- En l'an 1000, un nouveau continent, par delà l'ocean, est découvert par des explorateurs celtiques. Il est nommé "VENETIA", en hommage à la tribu du découvreur. De même, la région sud de ce "nouveau monde" prendra le nom de "PICTONIA". Y intervient un début de peuplement, en partie par des scandinaves.

- C'est à ce moment que l'appellation définitive "Imperium celtique", curieusement inspirée d'un mot romain, se fixe.

- La cote atlantique est progressivement explorée; le débouché sur l'océan indien, nommé "CAP FINISTERE" découvert en l'an 1200. Les premiers explorateurs arrivent par bateau en Chine vers l'an 1300. L'imprimerie est connue en occident dans le courant du XIVè siècle.

- Au début du XIVè siècle, débutent les "guerres noires" opposant imperiums germanique et celtique. Les germains sont tout près de l'emporter. Mais ils sont soudain pris à revers par l'irruption des mongols à l'est. Cette "guerre sur deux fronts", conjuguée à la faiblesse des débouchés maritimes, empêche la prééminence de l'imperium germain. Les "guerres noires" cessent après les grandes épidémies ravageant l'europe au début du XVème siècle.

- L'Imperium celtique se maintient, à peu près, dans ses frontières. Mais, conséquence des "guerres noires", les "grands" imposent au monarque une "assemblée délibérante".

- Certains courants religieux prônent, sans guère de succès, des "croisades". Cependant, l'Imperium celtique parvient à reconquérir la totalité de la péninsule ibérique.

- La diffusion de l'imprimerie permet l'émergence d'une religion "celticaniste", correspondant en fait à une résurgence du "druidisme" et du "culte solaire". Cette évolution est favorisée par le contact avec les civilisations de Venetia et de "gothia", non donné au "grand est"... là où le soleil se lève.

- Le réveil de l'identité religieuse fractionne également l'Imperium germain à l'est. Les "réformistes" contestent l'autorité papale. La guerre civile s'y déchaîne à partir de 1500/1510. L'Imperium celtique, un moment occupé par ses possessions outre-mer, finit par s'y impliquer. Cependant, la crainte de voir l'Imperium celtique devenir force dominante en Europe incite les royaumes slaves, magyars et des balkans à intervenir.

- Mais l'Imperium celtique, commandé par un très brillant condottière issu d'une famille génoise, les "buonaparti", remporte une série de victoires-éclair. On s'attendait à de nouvelles "guerres noires" de plusieurs dizaines d'années. L'affaire est pliée en deux saisons. Les frontières de l"Imperium celtique" progressent de 200 kms à l'est. Il domine désormais la moitié de l'Europe continentale.

- Sécurisé en Europe, "l'Imperium celtique" poursuit sa politique d'absorbtion de terres outre-mer entre 1600 et 1880.

- En 1880, le "traité de Lutèce" établit une "confédération des nations", association politique entre "Imperium celtique" et les autres pays. Ces derniers s'y associent tous, par pragmatisme, entre 1880 et 1900; le dernier à s'y insérer étant "l'état du Tibet".

- Au début du XXème siècle, cette "confédération" évolue, progressivement, vers une intégration toujours plus forte. 

- Jusqu'à la Constitution du 8 mai 1945, qui établit définitivement un état unitaire. "L'imperium celtique" lui-même se dissout dans cette "République universelle". Vieux de presque 2000 ans, il disparaît en tant qu'institution politique.

- Coîncidence, le premier Président de cette "République Universelle" s'appelle... De Gaulle.. clin d'oeil fortuit au peuple originellement fondateur de l'Imperium celtique.

- Les historiens s'accordent aujourd'hui, assez unanimement, pour affirmer que la marche de l'histoire allait, inévitablement, dans le sens d'un "universalisme" à "matrice celtique". Au débouché ultime des zones de peuplement, largement ouvert sur l'océan, disposant d'un climat tempéré avantageux, la culture s'y épanouissant avait naturellement vocation à la conquête.

- La raison humaine prônait l'universalisme. Eût-on imaginé une carte du monde ressemblant à une improbable mosaïque de tribus ?

- Impacts toponymiques de cette évolution : par rapport à notre "continuum" l'Afrique devient Numidia, l'Amérique du sud Pictonia, l'Amérique du nord Vénétia, l'océanie Helvétia et l'Asie Gothia.